Google met à jour les consignes relatives à la qualité de la recherche

Nicolas Audemar
Nicolas Audemar
Travel & Wine lover, SEO embraced me in Barcelona from 2011. Lifelong learner, CRO, UX and cognitive bias fascinate me.

Dans les consignes de l'évaluateur de la qualité de recherche, Google explique à quoi devrait ressembler le résultat de recherche idéal. La dernière révision des lignes directrices montre que les vocabulaires, dictionnaires et sites similaires auront la vie la plus difficile à l'avenir.

Le Search Quality Rater est un pigiste qui évalue les résultats de la recherche Google sur une échelle uniforme et commune. Google utilise ces évaluations pour mesurer la qualité des résultats de recherche et mettre en œuvre les améliorations .

Afin de garantir que tous les évaluateurs de la qualité de la recherche effectuent leurs évaluations de manière cohérente, des directives pour l’évaluateur de la qualité de la recherche ont été créées . Dans ce document PDF (désormais public), Google détaille la différence entre les résultats positifs et négatifs pour un mot clé donné.

Dans le passé, Google a expliqué, précisément dans ces directives, des concepts tels que EAT (Expertise, Authority und Trustworthiness) et  YMYL  (Your Money, Your Life), mais aussi le développement ultérieur de l’ intention de recherche dans Know , Do , Website et Visit In Person découle de ce dernier.

Hier, Google a modifié les directives du Search Quality Rater pour la première fois en 10 mois : en plus des ajouts et des clarifications, certaines d’entre elles sont particulièrement intéressantes pour les référenceurs.

Dans le paragraphe intitulé «Dictionnaire d’évaluation et résultats d’encyclopédie pour différentes requêtes», Google parle de l’évaluation des résultats issus de vocabulaires, de dictionnaires et de sites similaires, en y consacrant trois pages.

Quant au contenu, Google explique une particularité spécifique de ces résultats de recherche : en effet, bien qu’ils soient généralement « pertinents par rapport au thème » du mot-clé, ils ne satisfont pas l’ intention de l’utilisateur qui effectue la recherche.

Google note que la plupart des utilisateurs connaissent généralement déjà la signification d’un mot. À l’avenir, par conséquent, ces résultats n’obtiendront des notes plus élevées dans l’évaluation que si la requête (par exemple «qu’est-ce que xyz») indique que l’intention de l’utilisateur est d’atteindre exactement ces sites. Voici quelques exemples des directives:

  • obséquieux  (« obséquieux ») : la signification est généralement inconnue de l’utilisateur « moyen ». Intention de recherche : explication de la signification, pour laquelle 4/5 points pour un résultat d’un vocabulaire.
  • arc-en-ciel  (« arc-en-ciel ») : l’utilisateur ne recherche pas le sens du terme, mais des images, des marques ou des commerces de proximité, donc 2/5 points pour un résultat issu d’un dictionnaire.
  • cafétéria («cafétéria, bar») : les internautes connaissent le terme et recherchent un établissement local, pas un article Wikipédia, donc 2/5 points pour Wikipédia.
  • historique des guichets automatiques («historique des distributeurs de billets automatiques») : l’utilisateur recherche explicitement une entrée lexicale, donc 4/5 points pour Wikipédia.
  • Distributeur proche de chez moi (« ATM near me »): l’utilisateur recherche clairement le distributeur de billet le plus proche, donc 1/5 points pour Wikipedia.
  • Distributeur de billet («ATM»): l’intention de recherche n’est pas claire, mais Google suppose que la plupart des utilisateurs recherchent un distributeur automatique de billet. Le résultat Wikipedia obtient donc entre 0,5 et 1 point sur 5.

Il s’agit d’une évolution intéressante, car ces dernières années, de nombreux vocabulaires et dictionnaires ont connu une augmentation exponentielle de la visibilité au sein des pages de résultats. Par exemple, wiktionary.org est actuellement le sixième plus grand site de France, encore plus haut que leboncoin.fr, facebook.com et youtube.com.

Parmi les 100 plus grands domaines Français, au moins cinq gros domaine seront touchés par ces changements de directives comme par exemple : larousse.fr, linternaute.fr, reverso.net, linguee.fr et com, wordreference.com, universalis.fr et puis tous les journaux ou médias ayant des dictionnaires mis en sous-domaine.

Il est important de garder à l’esprit que ces changements n’entraînent pas automatiquement des changements dans les positions en SERP, mais il est clair que Google a changé d’avis sur les vocabulaires et les dictionnaires. Il sera intéressant de voir si les glossaires bien-aimés restent encore parmi les « sites autorisés » lorsque Google introduira ces changements d’algorithme.

Articles similaires
Commentaires
Avatar Nicolas Evenou   
16. octobre 2020, 12:37

Top article 😁👌🏻
Encore et toujours, l’utilisateur au centre des recherches. Les bugs des dernières semaines sont-ils du a des tests pour affiner cette « cotation » ?

Avatar francois   
18. octobre 2020, 09:52

Merci pour ces infos Nicolas.
Nos systèmes de lexiques sont donc plus ou moins obsolètes. Il faut se concentrer sur l’intention de recherche. C’est une bonne façon pour Google de retenir les sites les plus légitimes dans les SERPs..