Pénalité pour liens douteux : le cas Selectos

Nicolas Audemar
Nicolas Audemar
17. mars 2020
Nicolas Audemar
Nicolas Audemar
Travel & Wine lover, SEO embraced me in Barcelona from 2011. Lifelong learner, CRO, UX and cognitive bias fascinate me.

"Regarde, ils ont perdu 90% de leur trafic". C'est en ces termes que j’ai été alerté ce lundi matin. En regardant les sites gagnants et perdants de la semaine publiés par Sistrix, ma collègue country manager Espagne (MJ Cachon) m'informe et m'indique d'aller faire un tour sur le site pour en découvrir la bannière (voir plus bas).

A partir de ce moment, plus de doute, le site confirme les données Sistrix et a bien été pénalisé par Google.

Voyons comment et pourquoi ?

Visibilité : Le constat .

Chute brutale de l'indice de visibilité du site web selectos.eu dû à une pénalité Google
Chute brutale de l’indice de visibilité du site web selectos.eu dû à une pénalité Google.

Sur le graphique représentant l’indice de visibilité pour le domaine Selectos.eu, vous pouvez voir que SISTRIX ajoute automatiquement des épingles qui correspondent aux mises à jour Google ou Core Update connues.

Nous assistons à une chute brutale de la visibilité du domaine selectos.eu sans que rien n’indique que le nom de domaine ait changé ou qu’une migration ait eu lieu.

 Apparemment, Selectos.eu a subi le January Core Update, sans que la visibilité du domaine soit plombé comme ce fut le cas la semaine dernière. Et, il n’y a aucun signe indiquant une mise à jour Google pour l’expliquer.

Indice de visibilité selectos.eu chute semaine
Indice de visibilité selectos.eu chute semaine

Cela pose donc la question de savoir si Selectos.eu a été touché par une action manuelle (pour ne pas dire pénalité) de Google.

Répartition des mots-clés en SERP

Souvent, une action manuelle ou pénalité de Google se reflète très bien dans le nombre de mots-clés référencés par page sur les SERPs de Google ( SEO> Ranking Distribution ):

Répartition ranking SERP selectos.eu au 11 mars 2019
Répartition ranking SERP selectos.eu au 11 mars 2019

Comme vous pouvez le voir,  Selectos.eu avait 16,4% de ses mots-clés en top 10 Google au cours de la semaine du 11.03.2019. 

Un an plus tard, ils n’en ont plus que 2,07%.

Mais la semaine précédente encore 9,43% :

Répartition ranking SERP selectos.eu au 11 mars 2019

Les chutes de mots-clefs peuvent être vertigineuses. 188.207 mots-clés qui baissent et plus de 60 places perdues parmi de nombreux mots-clés en top 10. C’est le signe typique d’une action manuelle.

La confirmation et la raison de la pénalité

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles Google est susceptible d’entreprendre une action manuelle, mais le type d’action manuelle le plus fréquent est celui concernant les liens incorrects et non naturels. Jetons donc un œil aux liens.

Analyse des liens depuis Sistrix

Imaginez maintenant que l’on travaille tous les deux (moi qui écris, toi qui lis) pour Google. Notre premier réflexe serait d’aller voir les liens et de commencer par les ancres.

Ancre ou anchor text de site pénalisé

Et là, on peut voir plusieurs signes montrant que les liens n’ont pas été acquis de manière naturelle.

En regardant, nous avons, entre autre 4,7% sur un point, 7,1% sans ancre ou sur page n’existant plus, 43 liens sur « les 6 vrais meilleurs tapis de course 2019 comparatif complet »… Tous ces backlinks avec de telles ancres ne sont tout simplement pas acquis naturellement, car la grande majorité des utilisateurs n’utiliseront pas ces termes pour acceder à un domaine.

D’après notre expérience, basée sur l’observation de Google Penguin en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis, au cours des 8 dernières années, pour toutes les ancres qui dépasse les 2% : c’est comme jouer à la roulette russe, tôt ou tard votre tour viendra.

Vous pouvez cliquer sur le «+» après chaque texte d’ancrage pour voir tous les backlinks utilisant ce texte spécifique. Examinons de plus près un exemple de «.» et de «https://selectos.eu/meilleu…» :

Comme vous pouvez le voir, le profil des liens n’est pas vraiment ce qu’on pourrait déterminer d’origine fiable.

Entrons visiter l’un des sites avec «https://selectos.eu/meilleu…» :

Au vu de la qualité des sites, on peut difficilement penser qu’il s’agit d’une action volontaire. Pourrait-il s’agir d’une attaque black SEO ou d’un PBN qui serait tombé ?

Dans le tableau ci-dessous, nous apercevons différents domaines avec la date de détection du lien, leur indice de visibilité, etc. Obtenir soudainement, en peu de temps, deux à trois liens (sans la balise rel= »sponsored ) du même portail ou site à grande audience, pourrait-il paraître suspect ?

extrait de links de Selectos.eu

Un petit rappel sur les liens payés par Matt Cutts :

Réponse et confirmation

Dans leur article, Selectos confirme qu’il s’agit bien d’une pénalité manuelle 1 et nous en donne la raison principale qui est la présence de « liens artificiels vers notre site »

Le cas selectos.eu n’est que la pointe de l’iceberg

Il y a des signes évidents d’achat de liens.

Pour comprendre ce qu’est un liens naturel il suffit de voir le profil de liens qu’on des sites qui n’ont pas besoin de linkbuilding tels que l’Olympique de Marseille ou la mairie de Paris.

En fait, je suis assez surpris que selectos.eu ait réussi à monter en ranking et à passer sous les radars de l’algorithme de Google pendant si longtemps. Il semblerait qu’il est fallu qu’une vraie personne de chez Google regarde le domaine pour enfin comprendre que quelque chose ne tournait pas rond. 

Derrière chaque site, il y a des salariés. L’obtention de liens est une chose délicate et peut mettre en péril le revenu d’un site et ses salariés. De nombreux sites utilisent les mêmes méthodes. Selectos.eu s’est fait prendre et l’a confirmé. A qui le prochain tour ?

Mais, dites-moi, à votre avis, comment selectos.eu a-t-il pu réussir cet exploit pendant si longtemps ?

Articles similaires
Commentaires
Avatar Guillaume   
18. mars 2020, 07:56

Intéressant.

Je me pose une question à propos de sites comme celui-ci. Le site en question dans l’article est une copie quasi parfaite du site américain thewirecutter. Copie dans la forme mais aussi dans le contenu, le articles ont exactement les mêmes sections, les intros des guides utilisent les mêmes phrases justes traduites. Ils se sont plus qu’inspiré.

La pénalité ici n’est pas lié à cela.

Mais voici ma question : Es-ce que Google pénalise le duplicate content multi-langues ?

Merci

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
18. mars 2020, 09:57

Bonjour Guillaume,
Merci pour votre commentaire.
Selon John Mueller le contenu traduit n’est pas (encore) considéré comme duplicate content sauf s’il s’agit d’un contenu protégé par la loi des droits d’auteurs ou bien a été dénoncé (la fameuse DMCA)

Le terme « duplicate content » fait référence à un contenu en double sur le même site Web. Et ce n’est pas une cause pénalité (encore moins manuelle), c’est simplement que Google ne sait pas quel contenu référencer et que le site est en concurrence avec lui-même.

Avatar Olivier   
18. mars 2020, 10:22

« Comme vous pouvez le voir, le profil des liens n’est pas vraiment ce qu’on pourrait déterminer d’origine fiable. Entrons visiter l’un des sites … »
je ne suis pas d’accord avec ton exemple. On voit que les liens viennent de sites pourris, de spam, qui automatisent les liens (follow) vers des images. DES IMAGES.
ici, le site selectos n’y est pour rien et ne doit pas s’inquiéter de ce genre de backlinks

ça ne veut pas dire que les autres BL sont naturels 😉

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
18. mars 2020, 10:30

Hola Olivier,
Tu as raison, beaucoup de pseudo portail de très faible qualité se servent de lien d’images issu de sites de manière automatique. Tous les liens dont le webmaster n’est pas fier peuvent être désavoués via le disavow tool. Les involontaires comme ceux dont on se repent 😉

Avatar Seolipsism   
18. mars 2020, 11:28

On parle quand même d’un site qui a juste traduit des contenus d’un site de guide d’achat étranger. Le but de ce type de site est uniquement de maximiser le profit via l’affiliation et de clairement pourrir les SERP avec des contenus sans aucune valeur ajoutée car très souvent, le meilleur produit est le plus cher.
Je trouve que c’est une démarche très limite au niveau éthique car les gens vont naïvement suivre leurs « conseils ».
Google se réveille enfin en pénalisant ce type de site.

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
18. mars 2020, 11:43

Merci pour votre commentaire Seolipsim.
Après avoir échangé avec Cléo, la responsable communication de selectos.eu, il semblerait bien que la pénalisation manuelle concerne uniquement l’abus de liens et que l’équipe est en train de la résoudre pour une réévaluation.
Quant au contenu traduit, voir ma réponse au commentaire antérieur à Guillaume 🙂

J’ajoute que Selectos publie sur son site que :

« Au fil de centaines d’heures de recherches et de comparaison de produits qui s’accumulent chaque mois, nos rédacteurs gagnent en expertise et arrivent toujours mieux à dénicher les meilleurs produits.
Lorsque nos rédacteurs manquent d’expertise dans un domaine spécifique, ils se renseignent en lisant de la documentation spécialisée ou en consultant l’avis d’experts. »

Avatar Boby   
18. mars 2020, 14:23

on voit clairement que le site a fait des redirections

Avatar Seolipsism   
18. mars 2020, 14:54

Merci Nicolas pour votre réponse.

On ne va pas se mentir, la tendance des guides d’achat fleurit sur Google et globalement assez peu de sites ont une vraie expertise.

Quand on voit des sites comme Le Figaro ou Le Monde faire une section Guide d’achat sur le site pour se gaver en affiliation ça m’inquiète pour les résultats Google.

Je comprends que c’est la poule aux œufs d’or pour ceux qui cherchent à rentabiliser ou monétiser son site, mais on ne vas pas se mentir, c’est juste une tendance pour générer un max d’argent.

Le cas Selectos en est l’exemple type, un SEO malin à construit un site de guide d’achat et acheté des liens pour que le site marche. L’argent commence à rentrer donc on recrute pleins de rédacteurs donc plus de contenus et le cercle vertueux débute.

Franchement avez-vous lu un guide de Selectos ? C’est bien écrit il n’y a pas de problèmes mais ça se voit que c’est du SEO et pas de l’expertise. Les critères EAT sont beaucoup trop mis en avant, ça en devient même risible surtout dans la page « A propos » –> Des contenus fiables et impartiaux…

Bref, c’est un cas hyper intéressant et je pense que la problématique des contenus guide d’achat devraient être encore plus encadré par Google autrement que via une pénalité de liens ou d’un PBN un peu trop visible.

Avatar Robin Lespagnard   
18. mars 2020, 15:01

Bonjour à tous,

Merci à Sistrix de s’être intéressé à la situation de Selectos et de susciter le débat.

Je tiens à préciser trois choses au regard des commentaires de cet article :
– Nous n’avons jamais traduit ni copié le moindre paragraphe de n’importe quel site. Absolument tout le contenu de Selectos est original. Nous nous sommes simplement inspirés du format d’article Wirecutter.
– Nous n’avons jamais payé pour un lien, utilisé de PBN ni fait appel à une agence de netlinking. Notre seule enfreinte aux consignes webmaster de Google a été l’échange de lien excessif. Quant aux redirections 301, elles sont pertinentes car ce sont d’anciens sites nous appartenant que nous avons décidé de fusionner en Selectos.

Je suis joignable sur Twitter ou via le formulaire de contact du site si certains ont des questions supplémentaires.

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
18. mars 2020, 15:58

Merci pour votre apport Robin,
Cela a le mérite d’être clair sur chacun des points.

Avatar Guillaume   
18. mars 2020, 17:36

Merci Nicolas Audemar pour ta réponse à ma question sur le duplicate multilingue. Ca viendra surement prochainement.

Par contre sur la deuxième partie de la réponse, je ne pense pas que le duplicate soit uniquement « sur un meme site web ». Pour le coup, j’ai déjà vu une pénalité manuelle pour cause de duplicate content en masse de contenus externes, mais ca remonte à plusieurs années maintenant.

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
18. mars 2020, 18:10

Ce n’est pas incompatible, Google précise qu’il s’agit:

« des blocs de contenu importants, appartenant à un même domaine ou répartis sur plusieurs domaines, qui sont identiques ou sensiblement similaires. »

Avatar Thom   
20. mars 2020, 15:57

Je rejoins olivier y a une grosse faute sur cet article qui met en avant les liens images comme source de la pénalité.

1 – Les liens jpeg non aucun poids en SEO

2 – Ce sont des techniques de black dont ils ne sont pas responsables.

Le soucis et vous le mentionnez, vient de la suropti des ancres.

Il faudrait corriger.

Nicolas Audemar Nicolas Audemar   
20. mars 2020, 16:38

Bonjour Thom,
Merci pour votre commentaire.
Moi aussi je rejoins Olivier 🙂 d’où ma réponse immédiate à son commentaire car ce n’est uniquement à cause de ce type de liens et site que proviens la pénalisation. En 2017 John Mueller s’est exprimé sur un sujet assez proche.
Petit bémol tout de même Google précise vis à vis des liens sur image :

Nous utilisons non seulement le contenu de la page, mais aussi le texte alternatif avec des algorithmes de vision par ordinateur afin de déterminer l’objet de l’image. De plus, le texte alternatif dans les images peut servir de texte d’ancrage si vous décidez d’utiliser ces dernières en tant que liens.

Et le alt d’images utilisées est bel et bien présent par le type de site cité dans l’article voir ici.

A l’heure actuelle, le SEO du site est en train de changer ses ancres en les transformant comme ceci.

Il n'est plus possible de commenter un article 30 jours après sa publication.